La Plastisphère

 
 

Le plastique s’est invité sur nos arbres comme les boules de Noël sur nos sapins. En mer, le sac plastique flotte par myriade, à se méprendre avec un ballet de méduses … Selon, la Sea Education Association, des USA, 236000 tonnes de déchets plastiques flottent à la surface des océans. Le gap est profond entre cette tragique réalité et l'illusion d'une farce ... D’après les études du College of Engineering University of Georgia, 8 millions de tonnes de plastique finissent dans la mer. Ils se retrouvent dans les canyons des fonds marins. La partie visible en surface est comme la pointe de l’iceberg. La partie invisible, elle, nourrit nos hôtes marins de micro particules de plastiques .… Devant ces chiffres qui ne cessent de gonfler comme un oedème, nous avons eu envie de prendre notre modeste part.  Que cette part soit celle de chacun, comme un éveil individuel qui trouve sa force parce qu’il est partagé. Les pessimistes ou les détracteurs peuvent opposer le principe de la goutte d’eau qui se perd dans l’océan.  Sérieuse et poétique, la tradition amérindienne en parle autrement …

Un jour, dit la légende, Il y eut un immense
incendie de forêt.
Tous les animaux terrifiés, atterrés,
observaient impuissants le désastre.
Seul le petit colibri s’activait, allant chercher
quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.
Après un moment, le tatou, agacé
par cette agitation dérisoire, lui dit :
« Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes
d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais
je fais ma part. »
 
 
Anne-Hélène